51Ed6kEXwkL

Présentation de l'éditeur :

La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure, d'un pareil souffle. Merlin l'Enchanteur, Arthur et son invincible épée, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes qui tiennent les premiers rôles: Viviane, la Dame du Lac, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la fée, soeur et amante du grand roi... Cette épopée envoûtante relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables, celui des druides et des anciennes croyances défendant désespérément un paradis perdu et celui de la nouvelle religion chrétienne supplantant peu à peu rites et mystères enracinés au coeur de la Grande-Bretagne avant qu'elle ne devienne l'Angleterre.

J'ai pris de bonnes résolutions à la rentrée (qui était il y a un mois mais on va pas chipoter pour si peu) et je vais essayer de me mettre à jour en publiant les chroniques des livres que j'ai lu ces derniers temps. Et le premier de ma liste c'est les Dames du lac.

J'ai découvert ce livre grâce à BookTube et je me suis rendue compte qu'il était dans la bibliothèque de ma grand-mère. Ça doit être la première édition française que j'ai eu entre les mains avec la même couverture que celle de la photo de couverture (je m'excuse d'ailleurs pour la qualité de l'image mais je n'ai pas trouvé mieux).

J'ai tout de suite accroché à l'hisoire, j'ai trouvé la plume de l'autrice très fluide et très agréable à lire. Le déroulement de l'histoire est chronologique donc très clair. J'ai aussi apprécié les descriptions qui nous emmenaient vraiment dans l'Angleterre arthurienne et ça pour notre plus grand plaisir. J'ai trouvé à l'histoire un léger côté Game of Thrones de part son mélange entre fantasy et intrigues de cour (tout en étant totalement différent, je ne veux surtout pas mettre les deux sur le même plan). L'opposition entre la religion chrétienne et la religion celte est parfaitement menée à travers les personnages de Morgane et Guenièvre. Elles ont chacune leur importance pour Arthur et deux points de vue très distincts qui sont très intéressants à suivre même si on a l'impression qu'au l'autrice cherche à dénigrer la religion chrétienne au profit de la religion celtique. J'ai par contre eu plus de mal avec les premiers chapitres qui sont du point de vue d'Ygerne auquels j'ai eu du mal à accrocher même si j'ai vu leur utilité. La fin est vraiment prometteuse et donne envie de lire la suite (qui est d'ailleurs prévu pour le Pumpkin Autumn Challenge). 

Les Dames du lac raconte d'une manière assez particulière l'épopée arthurienne car on a uniquement le point de vue des femmes. C'est très intéressant et très original mais il arrive qu'à certains moments le point de vue des personnages masculins manque. Le personnage que j'ai préféré est Morgane. On la sens profondément attachée à sa culture et à son apprentissage mais en même temps on sent qu'elle a envie de penser par elle-même, de plus être le pion d'Avalon ni de personne d'autre. C'est vraiment une héroïne parfaite qui est vraiment moderne. J'ai par contre détesté le personnage de Guenièvre que j'ai trouvé fade, très énervante et très niaise de par son point de vue. Elle est importante de le cycle arthurien mais elle est vraiment idiote et bloquée ce qui la rend assez antipathique. Je ne suis pas non plus très fan du personnage d'Ygerne qui m'a paru un peu idiote. On comprend que du fait de son éducation à Avalon, elle est envie de pouvoir au moins décidé une chose dans sa vie mais sa décision semble assez puérile. Je ne suis pas non plus une grande amatrice de Viviane que j'ai trouvé manipulatrice à l'excès, méchante et assez désagréable. Je pense qu'elle aurait eu toute sa place dans l'oeuvre de George R. R. Martin. 

En bref, une lecture très agréable même si certains personnages peuvent être énervants. On s'intéresse à la suite pour avoir le fin mot de l'histoire.