Cité 19, tome 1

Présentation de l'éditeur :

Que faisait le père de Faustine à minuit au sommet de la tour Saint-Jacques ? Et qui l'a précipité dans le vide ? Convoquée pour identifer le corps, Faustine ne reconnaît pas les mains de son père. Persuadée qu'il a été kidnappé par une secte mystérieuse, elle se lance sur la piste d'un inquiétant personnage. Elle suit l'homme dans une station de métro, trébuche, perd connaissance et se réveille... 150 ans plus tôt ! Pour Faustine, c'est le début d'une série d'aventures, aux confins du thriller, de la science-fiction et de l'Histoire.

Je continue dans ma série rattrapage de chroniques en retard avec une de mes lectures estivales. Je dois quand même dire que ce n'est pas la lecture idéale pour les vacances. Il est un peu prise de tête.

C'est un livre que je regarde depuis un petit moment. La première fois que je l'ai vu, il était en grand format et il venait de sortir ce qui remonte un peu parce qu'il n'est pas récent récent. Mais là je cherchais des livres à emmener en vacances et il était pratique parce qu'il était petit. Il faut dire que ça n'a pas très bien commencé. J'ai trouvé le début particulièrement long. J'ai trouvé que l'on restait trop longtemps dans le présent vu comment le résumé nous présentait du voyage dans le temps et j'ai trouvé qu'il mettait du temps à arriver. En plus, Faustine, l'héroïne, m'est rapidement sorti par les yeux. Je n'ai pas du tout aimé son côté froid et analytique, je n'ai pas aimé ses réactions bref ça n'a pas franchement collé entre nous. Et puis le passé est arrivé et là ça était le flop. J'ai eu l'impression que notre voyage dans le temps arrivait comme un cheveu sur la soup. La logique de la chose m'a franchement échappé au début (et pourtant j'aime les livres historiques). 

Heureusement est apparu le laboratoire (ouais dis comme ça, ça fait bizarre). En fait, jusqu'à ce qu'il apparaisse, j'avais totalement oublié que c'était aussi un roman de science-fiction (et ça explique tout). Les chapitres qui s'y déroulent sont mes préférés et j'ai adoré le fait qu'il soit au centre de tout tout comme j'ai adoré la manière qu'il avait d'articuler le passé avec le présent. C'est aussi. là que l'on trouve les meilleurs personnage, ceux qui semblent les plus prometteurs et surtout que j'ai le plus aimé suivre. C'est d'ailleurs un gros plus du livre, le fait que les personnages secondaires sont supers. Ma préférence va à ceux du laboratoire mais j'ai aussi bien aimé les amis de Faustine et les personnages qui peuplent le Paris du XIXème siècle. Le second point fort du livre c'est l'alternance entre les points de vue. Faustine m'a soulé mais je n'ai pas été obligée de la suivre tout le temps. En plus, on avait comme ça d'autres vision des événements ce qui est très plaisant. Je vais conclure mon article avec quelques mots sur le style de l'auteur qui je me souviens m'avait semblé un peu déroutant. Je ne me souviens plus de ce qui m'avait dérangé donc je ne peux pas vous donner des exemples. 

En bref, un livre correct qui a des défauts certains mais qui a des éléments prometteurs. Je ne suis pas persuadée que je vais lire la suite mais si je le fais, je vais voir s'il n'est pas à la médiathèque de ma ville parce que je ne me sens pas vraiment de l'acheter.