IMG_1414

Être un demi-dieu, ça peut être mortel... Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de son collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d'avoir dérobé l'éclair de Zeus ! Pour rester en vie, s'innocenter et découvrir l'identité du dieu qui l'a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers.

Salut les bookaddicts ! Je commence à rattraper mon retard, lentement mais sûrement. Et aujourd'hui, je vais vous faire plonger dans mon enfance avec la chronique qui va suivre. Pour commencer, la mythologie c'est vraiment ma madeleine de Proust littéraire. J'ai adoré et j'adore toujours ça. Et avec les livres de Rick Riordan, je plonge immanquablement en enfance pour mon plus grand plaisir. Cet été vu que j'avais pas mal de temps, je me suis décidé à relire ma première grande saga, Percy Jackson, et je dois dire que c'est encore mieux que dans mes souvenirs. Mais laissez-moi vous expliquez pourquoi avec ma chronique du premier tome. 

Je dois dire que cette série est un accès vraiment facile au monde parfois complexe de la mythologie. On se retrouve face à des mythes connus et d'autres plus anonyme auxquels on adhère sans le moindre problème. De plus, l'intégration de ces mythes au monde moderne est parfaitement réussi et on suit avec plaisir le road-trip de nos trois héros à travers les États-Unis. Alors d'accord le rythme est parfois un peu rapide et on aurait aimé avoir plus de détails mais honnêtement on passe vraiment sans problème majeur sur ce fait. Et oui il y a plusieurs ficelles scénaristiques qui passerait beaucoup moins bien sans l'aura mythologique. Mais bon personnellement, j'aime bien l'idée de "roman d'apprentissage" que l'on retrouve dans les mythes. Les bases de l'intrigue qui va s'étaler sur les cinq tomes sont posées et on veut juste lire la suite. 

Pour l'instant, on ne trouve rien à redire sur les personnages, qu'ils soient mortels ou immortels. Certains comportements chez Percy peuvent faire grincer des dents puis on se rappelle qu'il a 12 ans et qu'il ne peut pas avoir la maturité qu'il gagne dans les tomes suivants. J'adore ses interactions avec Annabeth qui est une héroïne que j'adore (au contraire d'Hermione et Delilah alors qu'elle est un peu sur le même modèle) et qui fait, elle, plus que ses 12 ans. Pour ce qui est de Grover, je le trouve plutôt mignon et assez amusant. J'aime bien l'idée de retrouver des personnages mythologiques à la Colonie et leur intégration est une réussite. Les autres pensionnaires sur lesquels on se concentre sont vraiment intéressants et diversifiés. Je trouve aussi que Luke est un bon antagoniste dont les motivations sont claires et légitimes. Les dieux sont aussi bons même s'il est critiquable que le seul dieu un tant soit peu sympa est le père de Percy. 

En bref, c'est une remise au goût du jour réussie pour les mythes antiques et on veut vraiment savoir la suite.