IMG_1715

Grise et Cyrus sont élèves à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement. Alors qu’ils se détestent, ils doivent fuir ensemble et chercher refuge dans les Rets, sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont d’autre choix que de faire alliance…

"Les étudiants en ésoterisme avaient parfaitement conscience de leur avenir brillant auquel leur don les destinait. Ils étaient les occultistes, érudits et primarques de demain, la future classe dirigeante de l'Empire. Ils méprisaient donc de toutes leurs forces les ingénieurs, mécaniciens et automaticiens qu'ils voyaient comme des enfants stupides cherchant à composer leur absence de pouvoir arcanique par des bricolages inutiles. De leur côté, les technologistes considéraient les ésotériciens comme les derniers représentants d'une espèce obsolètes, puisque les machines pouvaient désormais accomplir mieux et plus vite presque tout ce dont était capable un magicien."

Salut les bookaddicts ! Aujourd'hui, je vous présente un livre que j'ai choisi totalement à l'instinct et ça a été une excellente idée. Je l'ai choisi pour pour sa couverture mais c'est la phrase d'accroche qui m'a vraiment convaincue. Combiner magie et steampunk, ça m'a fait penser aux Soeurs Carmines et honnêtement c'est vrai qu'il y a un esprit Grisaille à Celumbre. 

Alors certes, il ne faut pas non plus les comparer car ce sont deux univers différents. Et je dois dire que cet univers est vraiment bien développé. Déjà les descriptions sont très réussies et elles nous plongent à merveille dans l'ambiance. La différence entre les beaux quartiers et les Rets est très bien marquée et les lieux apparaissent vraiment clairement. De la même manière, j'ai adoré l'opposition entre magie et technologie. J'ai toujours été très bon public pour tout ce qui est steampunk et la magie c'est vraiment mon kiffe donc le mélange ne pouvait que matcher avec moi. L'avantaage c'est que les différents thèmes propres à l'histoire sont bien expliqués et on ne se perd pas dans un flou plus ou moins organisé. Le système magique est aussi une réussite, j'y ai vraiment accroché à la manière dont elle était pratiquée et au concept du familier qui donne d'ailleurs de vrai personnage comme Quint. Le seul défaut de cette histoire c'est son intrigue qui est un peu trop cousu de fil blanc. On a trop rapidement toutes les cartes en main pour la déchiffrer ce que je trouve un peu dommage. De même, les motivations des personnages sont un peu trop faciles à lire et auraient pu être plus approfondie. D'ailleurs j'allais oublier de vous parler du procès qui m'a beaucoup fait rigoler car il est à la fois absurde et super intéressant pour les thématiques qu'il aborde. 

Dans cet univers déjà très riche, se place une multitude de personnages. Le nombre n'est pas particulièrement dérangeant même s'il faut bien admettre que certains sont plus détaillé que d'autres. C'est notamment le cas de personnages secondaires comme la baronne Abylabe, l'ingénieur Elenzo, l'impératrice Sarenziah, l'Arachnide ou son entourage. Par contre, le twist au sujet de l'Arachnide est assez surprenant et quand même plutôt bien mené. Les personnages les plus détaillés en plus de nos deux principaux protagonistes sont Quint, Vezzir et d'une certaine manière Ioséphir et Albrecht. Albrecht est surtout intéressant pour son rôle dans la révélation de l'intrigue tout comme Ioséphir est intéressant pour les informations importantes qu'il nous apporte. Vezzir n'est pas un méchant d'une grande originalité et il est même un peu cliché. Mais bon fondamentalement on peut faire avec. Quint est un personnage génial et très amusant qui contrebalance à merveille le caractère de son maître, Cyrus. Je me suis beaucoup attachée à ce familier tout comme son maître est devenu mon personnage préféré dans le roman. Cyrus est froid, un peu calculateur mais aussi tendre et en quelque sorte un peu rêveur. J'ai aussi bien accroché à sa relation avec sa mère, la baronne Abylabe (d'ailleurs à la fin, j'ai eu l'impression de voir une sorte de parade nuptiale avec son adversaire au Parlement (ça n'a rien à voir mais j'avais envie de le dire) ou son maître dans les Rêts (dont la vision de la magie est vraiment super intéressante). À côté Grise est plus ordinaire, plus déjà vu mais en même temps, elle est intéressante à suivre, on s'attache quand même bien à elle. Là aussi sa relation avec son père est plutôt sympa à suivre. 

En bref, c'est une très bon livre avec un univers addictifs, des personnages fort sympathiques mais malheureusement une intrigue un peu trop cousu de fil blanc. C'est dommage car c'était pas mal prometteur.