IMG_1832

Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l'encre et du papier ? En s'armant d'encre et de papier, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts des univers entiers. Il suffit, pour accomplir ce miracle, de respecter les règles complexes d'une discipline toute récente, la scriptologie. Elsa est l'un de ces nouveaux savants aux pouvoirs vertigineux. Quand elle découvre avec stupeur que sa mère a mis au point un livre capable de modifier le monde réel, elle n'a plus qu'une idée en tête : récupérer ce dangereux ouvrage avant que ne survienne un drame irréparable. Mais il est déjà trop tard... Non content de la trahir, Leo, l'ami le plus cher d'Elsa, s'est emparé du précieux livre-monde pour le remettre à son père, le terrible Garibaldi. Ce fou furieux entend bien unifier l'Italie, quel qu'en soit le prix. Dès lors, il ne reste plus qu'un espoir à la jeune fille – et à l'humanité tout entière : celui que ses ennemis échouent à déchiffrer le manuscrit qui pourrait bien réduire à néant la planète... Saura-t-elle réparer par l'écriture un monde devenu fou ? Une multitude d'univers créés de toutes pièces entrent en collision dans ce deuxième et dernier tome de la duologie. Passé tragique et ténébreuses conspirations, univers de poche et armes ultimes : suivez cette héroïne armée d'encre et de papier à travers une ribambelle de mondes réels et inventés !

"Aris toujours intéressé par si on peut, toi par si on doit."

Salut les bookaddicts ! Après vous avoir parlé de manga pendant un petit moment, je reviens sur du roman en vous présentant une déception. Elle est quand même à nuancer parce que c'est une déception par rapport à l'énorme coup de coeur que j'ai eu pour le premier tome.

Alors certes il est clair qu'après plus d'un an entre la lecture des deux tomes n'a pas aidé et j'avais des souvenirs très partiels. Mais ça ne change rien au fait que pour moi, il manque un tome. J'ai vraiment un goût d'inachevé une fois le livre refermé. Une fin ouverte c'est bien mais là c'est trop. Et ce n'est pas la seule chose qui m'a posé problème. Je trouvais déjà Elsa énervante dans le premier tome mais là ça a été pire dans les deux tiers de ce tome-ci. Ça se calme vers la fin mais le début c'est horrible car elle fait des trucs totalement stupides notamment avec Léo et le méta-livre. On comprend pourquoi elle se sent responsable mais on a l'impression qu'elle ne réfléchit pas et qu'elle ne prend pas en compte les avis et la logique de Léo et des autres. Malheureusement je n'ai pas vu l'intérêt du retour de Pasca. C'est bien pour Léo mais je n'ai pas vu ce que cela apportait à l'histoire. De même la fin est trop rapide et des personnages comme Garibaldi et Aris sont trop sous-exploités. 

Mais il y a aussi pas de mal positif. L'univers d'abord qui mélange tout ce que j'aime, la péninsule italienne, l'uchronie et des pouvoirs super cool. L'histoire est prenante et on rentre dedans relativement facilement même avec une latence entre les tomes. Je suis fan de la majorité des personnages même si Léo est mon chouchou pour son style, son caractère et tout un tas d'autres choses que je ne vais pas révéler. J'apprécie également beaucoup Faraz et Revan qui ont tous les deux leur rôle et leur place dans l'histoire. Portia a aussi une très belle évolution très appréciable. Je trouve par contre dommage l'utilisation de Vincenzo, Pasca et Rosalinda qui aurait pu avoir une vraie conclusion. Je vais terminer dans la critique en disant que je n'ai pas compris le délire avec Casa tout comme je ne comprend pas l'ordre d'Archimède qui pourrait être plus développé, présent et cohérent.

En bref, une conclusion décevante après un excellent premier tome. C'est un livre à qui il manque une vraie conclusion, une vraie fin et c'est vraiment dommage parce que les personnages et l'histoire le méritait.