IMG_2211

Et si une famille royale régnait sur les Etats-Unis ? Quand les États-Unis ont arraché leur indépendance aux Britanniques, George Washington, général en chef des armées américaines, s'est vu proposer la couronne. Et, au lieu d'insister pour que son pays devienne une république... il a accepté ! Deux cent cinquante ans plus tard, c'est donc la maison Washington qui est à la tête de la première puissance mondiale. Comme la plupart des familles régnantes, elle compte une héritière et un fusible, une éventuelle remplaçante. L'une sera la future reine, l'autre est là pour servir son pays, mais seulement au cas où. Béatrice et Samantha savent depuis l'enfance ce que l'on attend d'elles. Mais elles ne sont pas n'importe quelles princesses. Elles sont américaines, et leur pays est né d'une rébellion... À seulement vingt-et-un an, Béatrice, élevée pour régner, a la chance de devenir la première reine du pays, où jusque-là seuls des hommes pouvaient exercer le pouvoir... une réforme du droit de succession a bouleversé son existence, mais son avenir tout tracé devient soudain trop pesant pour elle. Quant à Samantha, elle se soucie peu de briser les règles d'une cour qui se soucie peu de ses incartades – jusqu'au jour où sa sœur est soudain sommée d'épouser l'homme dont elle est tombée amoureuse... Sans oublier Jefferson, le frère jumeau de Samantha, relégué au troisième rang dans l'ordre de succession alors qu'il aurait dû régner, et pris dans une redoutable rivalité amoureuse. Déchirés entre leur devoir et des penchants bien humains, les membres de la famille royale américaine se débattent sous les feux des projecteurs et des réseaux sociaux. Personnages irrésistibles, luttes d'influence et secrets d'alcôve... Une duologie sensible et cruelle qui rappelle la série phénomène The Crown, la modernité en plus. Découvrez, sous la plume de Katharine McGee, les mystères de la famille la plus célèbre de l'Histoire, dont les peines et les drames se jouent sur la plus vaste scène qui soit : le monde.

Salut les bookaddicts ! J'ai presque rattrapé tout mon retard de chroniques et d'articles vu que c'est le dernier livre qui me restait soit une de mes lectures du dernier Week-end à 1000. Et cette uchronie qui sur le papier me paraissait très intéressant c'est révélé être un des rares Lumen à m'avoir déçue. Pas horriblement déçue mais déçue par un certain nombre de points. 

D'abord si j'ai adoré avoir les points de vue de Béatrice et Samantha ce n'est pas trop le cas de celui de Nina et pas du tout le cas de celui de Daphné. J'aurais largement préféré avoir le point de vue de Jefferson qui, là, est mis à l'écart autant dans l'intrigue que dans les relations comme celle avec son père. Avoir le point de vue des trois enfants royaux auraient été plus intéressant et plus dans le thème et sans qu'on est l'impression que l'on nous sert au forceps une fresque féministe. Mais mis à part ça, j'ai beaucoup aimé de suivre Béatrice en tant que princesse héritière dont la vie a été influencée toute sa vie et notamment personnelle par la royauté. Béatrice donne l'impression d'être lisse et sans défauts mais j'aime beaucoup les aspects de sa personnalité qui apparaissent dans les derniers chapitres. Et c'est un personnage que j'ai aimerais la retrouver même si je ne suis pas super fan du côté culpabilisant qu'apporte les paroles de son père et de son grand-père. Samantha est aussi intéressante dans son état d'esprit très rebelle et envieux de sa soeur car elle en a assez de passer en second et surtout à cause du fait que sa soeur va devenir la première femme à régner sur le pays. Ses relations sont toutes influencées par ça et notamment ses relations amoureuses. C'est ce qui me fait dire que j'aurais bien aimé en savoir un peu plus sur Teddy et Connor. Mais surtout le point de vue de Jefferson aurait été important par rapport à sa jumelle et à sa place dans la hiérarchie royale. Et malgré le comportement que j'apprécie pas trop trop de leurs parents, j'aurais aimé les découvrir un peu mieux. 

J'admets que le point de vue de Nina est intéressant au sujet des contraintes quand on est lié à un membre de la famille royale mais ça n'était pas indispensable et je trouve d'ailleurs le personnage un peu trop cliché à part pour ses origines (et encore) et le fait qu'elle est deux mères. Par contre le point de vue de Daphné ne m'a absolument pas intéressée et le personnage encore moins. Son but est débile et son caractère s'accorde à merveille avec ça, totalement stupide. C'est le cliché de la peste envieuse et arriviste et je veux juste que ça ce soit enfin révélé tout comme son secret (même on aime pas beaucoup plus sa meilleure amie soyons clair). Je ne suis pas non plus vraiment convaincue par le meilleur ami de Jefferson, Ethan, qui est quand même très plat. Mais mis à part ça, l'univers m'a quand même bien plu avec tout le côté uchronie qui m'a vraiment séduit. Le style et le rythme sont bons même si j'ai eu un gros trou au milieu et j'ai hésité à l'abandonner. Il n'y a pas une vraie grosse intrigue mais plutôt un ensemble de petits complots et intrigues amoureuses qui me plaisent pas mal. Il y a de grandes chances pour que je lise la suite mais soyons honnêtes je ne l'attend pas du tout avec impatience et je pense que ce premier tome ne va pas tarder à sortir de ma bibliothèque. Et je ne pense pas que j'aurais fait autant d'efforts si je ne l'avais pas mis dans mon Pumpkin Autumn Challenge.

En bref, une bonne histoire mais avec des manques et des clichés qui ont eu du mal à passer. Sans compter le gros trou au milieu de l'histoire et une vision beaucoup trop entrée sur les femmes de la famille royale américaine. Oui à la mise en avant et en valeur des femmes mais pas au détriment de choix littéraires qui auraient été mis plus intéressants et logiques.